Cuisine russe

Malgré le fait qu’à la Russie de nombreux produits modernes étaient longtemps inconnus (les pommes de terre, les tomates, le maïs, le riz), les étrangers ont noté que la cuisine russe était la plus riche au monde même la cuisine des gens simples. Des plats russes n’ont pas besoin de connaissances particulières et des ingrédients exotiques, mais pour faire un plat vraiment savoureux il faut beaucoup d’expérience. Les principaux produits étaient des navets, choux, radis, concombres, fruits, baies, champignons, poissons et parfois la viande. L’abondance des céréales (seigle, blé, avoine, millet, pois, lentilles) vous permet de préparer de nombreuses variétés de pains, des crêpes, des céréales, la bière et la vodka.

La Russie est un État multinational, chaque nation a ses propres plats et prend les recettes de cuisine des voisins. Chaque zone et région de la Russie a des plats uniques. La cuisine russe a résisté à l’influence étrangère et elle a adapté ses plats aux réalités russes.

Dans la cuisine russe il y a beaucoup de pâtisserie: tartes, crêpes, biscuits, gâteaux, gâteaux au fromage, tourtes, etc. De vieux boissons russes (sbiten, kvas) sont originaux et ne se trouvent pas dans les traditions des autres nations, alors que la bière est connue partout.

Les hors d’oeuvre principalement sont de poisson. La Russie est toujours connue par le caviar.

La deuxième place après les plats de poisson a pris la viande. On a cuit le jambon, la viande russe dans le pot (un plat favori de toutes les classes). Dans le XX siècle, en Russie est venu le barbecue.

En Russie, comme dans n’importe quel autre pays, la soupe a une grande importance. Aucun repas n’a pas commencé sans soupe, que ce soit des vacances ou les jours ordinaires. Selon une des chroniques russes « La soupe est un plat nourrissant et utile».

Les Russes aimaient cuisiner une soupe ou un potage et aussi une soupe de poisson. Dans la soupe les Russes ont ajouté l’oignon, des concombres marinés et finement hachés, du riz, de la saumure et le jus de citron. Les soupes traditionnelles étaient rassolnik et solyanka. Aussi la soupe borchtch, qui a été préparé sur l’os et au bouillon de viande avec les haricots, l’oignon, la betterave, les navets et les pommes aigres. En effet, il est difficile de parler de la cuisine russe sans nommer la fameuse soupe aux choux. Cette soupe était un repas obligatoire dans chaque famille, ainsi que le pain. La soupe est préparée avec de la viande, du poisson, du lardon ou des champignons. Ces éléments sont considérés comme des produits interchangeables et on peut préparer la soupe toute l’année (en hiver et en été). Mais la base de ce plat est un chou, frais ou mariné. En période difficile on peut préparer la soupe de choucroute même en été. La soupe de choucroute a une saveur particulière. De plus, on a fait la choucroute avec les pommes, les carottes, l’anis, le cumin.

Les Scythes et les Grecs ont appris les Russes à cuisiner la pâte; par Byzance les Russes ont appris préparer le riz, le sarrasin et ils ont connu beaucoup d’épices; le thé est venu de la Chine; la Bulgarie a partagé avec la Russie les poivrons, les aubergines et les courgettes; les Slaves occidentaux ont donné dans la cuisine russe les soupes comme bortsch, boulettes de viande avec chou, boulettes de pâte avec des baies. Dans les 16-18 siècles, la cuisine russe a absorbé le meilleur des cuisines des pays européens: les salades et les légumes verts, la viande fumée, le chocolat, la glace, le vin et les liqueurs, le sucre et le café.